Mémoires d’une Geisha – Beauté asiatique

 

Casting Principal

Un film réalisé en 2005 par Rob Marshall (Chicago, Nine, Pirates des Caraïbes : la Fontaine de jouvence). Il a été récompensé par 3 oscars et 3 nominations à l’Academy Awards (2006), ainsi que 3 récompenses et 3 nominations aux BAFTA (2006).

  • Zhang Ziyi (Tigre et Dragon, 2046)
  • Ken Watanabe (Inception, Batman Begins)

Synopsis

Alors que le destin semble se dresser contre la petite Chiyo, l’orpheline se retrouve plongée dans un monde isolé et remplit de mystères : celui des Geishas. Séparée de sa sœur, elle est adoptée par une Okiya, où elle apprend à devenir l’esclave des Geishas, ces artistes nocturnes. Une sombre vie semble déjà toute tracée pour l’enfant aux yeux d’eau. Mais c’était sans compter sa rencontre avec le Président, un homme bon qui lui a offert le plus beau des cadeaux : une lueur d’espoir. A partir de ce jour, la petite Chiyo mettra tout en œuvre pour devenir à son tour une Geisha, et ainsi garder l’espoir de revoir un jour l’homme si bienveillant.

Analyse

Ce film sino-Américain allie romance, drame et histoire puisque nous nous situons au cœur des années 1940, période où le Japon est lui aussi frappé par la seconde guerre mondiale. Par ailleurs, Rob William a su nous surprendre au vu de la finesse du regard porté sur le Japon et ses codes culturels. On aurait pu craindre la réalisation d’un film submergé de clichés asiatiques mais il n’en fut rien. Bien au contraire, les caméras sont rivées sur la beauté du Japon avec notamment les temples si majestueux, les jardins de cerisiers en fleurs, les combats de sumos, la gestuelle et les expressions propres à la culture japonaise.

La culture japonaise est sous le feu des projecteurs et nous permet ainsi de découvrir un tout autre univers : celui des Geishas. C’est sous un format autobiographique que se dévoile un excellent scénario. En effet, à travers le récit d’une fillette, Rob Marshall nous peint la réalité des Geishas. Certains pensent que les Geishas ne sont que de simples vendeuses de charmes et dont leur présence sur Terre se résumerait à combler les besoins charnels des hommes. Mais le nom même de Geisha signifie « Artiste ». Ces femmes à la peau blanche comme neige et aux lèvres couleur sang se révèlent la nuit. Elles ne sont pas des courtisanes, ni des épouses. Elles vendent leurs talents, pas leurs corps. Les Geishas créent un monde parallèle magique, un univers dédié à la beauté.

Le film rend justice aux femmes car même en période de guerre et dans un Hanamachi où les Geishas sont considérées comme de vulgaire prostituées, Chiyo, elle, décide de prendre en main son destin et de briser les règles pour faire passer l’amour avant tout. La Femme a tenu des rôles bien difficiles au cours de l’Histoire, mais ici, elle devient puissante et ose s’affirmer en tant que tel. D’ailleurs, le casting est principalement composé de femmes, ce qui est assez étonnant au vu du contexte historique.

C’est sans nulle difficulté que l’émotion nous envahit d’autant plus que le film est composé d’une magnifique BO signée John Williams (Star Wars, Harry Potter, Jurassic Park, Superman …) qui nous immerge encore davantage au cœur de la culture japonaise. Malgré peut-être quelques longueurs, nous devenons pendant plus de deux heures la petite Chiyo, inondée d’espoir, éprouvant un amour inconditionnel, qui se ressent grâce au jeu d’acteur excellent.

Un grand moment de cinéma, inoubliable et à ne surtout pas manquer !

Ne manquez rien de nos actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial