Casting principal

  • Dwayne Johnson (Baywatch, Fast and Furious 8)
  • Jack Black (Soyez sympa rembobinez, Tenacious D, Rock Academy)
  • Karen Gillan (Doctor Who, Les Guardiens de la Galaxie)
  • Kevin Hart (Scary Movie 3, 4)

 

Synopsis

En trouvant un vieux jeu vidéo durant leur heure de colle, quatre lycéens se retrouvent aspirés dans le terrible monde de Jumanji dans la peau de personnages très particuliers, et sont rapidement chargés d’une mission qui pourrait bien leur être fatale.

 

Analyse

Après Baywatch au cinéma, MacGyver à la télévision, et Hellboy annoncé dans les salles pour 2019, la vague de reboot des films et séries culte des dernières décennies ne semble pas s’arrêter. Jumanji n’a pas échappé à cette vague, et pour le coup, l’esprit du film est largement différent par rapport à la version de 1995 avec Robin Williams.

 

Dans ce film, Jumanji n’est plus un monde secret enfermé dans un jeu de société mais dans une cartouche de Nintendo NES, et les malheureux jeunes qui vont y être aspirés y seront dans la peau de personnages qui les métamorphosent radicalement par rapport à leur personnalité « in real life ». Ne me criez pas déjà au spoil, c’est dans le trailer, et puis on est pas en train de parler d’Inception quand même !

 

Au niveau du scénario, le film peine à démarrer (Avec une belle brochette de stars au casting, on regrette qu’il n’y ait pas une intro aussi prenante que celle de Baywatch). L’introduction des jeunes personnages est lente et on se croirait dans un mauvais teen drama n’arrivant même pas au niveau de Skins US (signé un fan de la version britannique). Mais rassurez-vous, c’est le seul bémol du film. Ce n’est que quand le casting principal entre en action que l’histoire démarre vraiment.

 

Et c’est là que le film ne se prend plus du tout la tête : Les facilités récurrentes de scénario typiques du cinéma US (et des films d’aventure) s’enchainent tellement qu’on ne peut que prendre ça pour de la dérision. L’humour est parfois lourd, et souvent très gamin, mais les meilleurs (les pires diraient certains) du cinéma humoristique – et commercial – américain parviennent à rendre drôle ce qui aurait pu donner un moment de malaise avec d’autres acteurs.

 

Au niveau des plans et des effets spéciaux, le reboot est clairement réussi. Les scènes de combat sont plutôt bien faites et sont complémentaires avec les moments purement humoristiques. On félicitera l’introduction ni trop cliché ni trop envahissante de l’univers du jeu vidéo pour un film tout public.

 

En bref

Vous ne comptiez pas vous attendre à du grand cinéma en voyant le casting, mais au moins à un bon divertissement. Posez donc votre premier degré, et vous ne serez pas déçu par la dérision totale de ce film.

 

Danny Barbot

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *