Narcos, bienvenue à Medéllin!

Medéllin, Colombie, vers 1975. Aujourd’hui destination d’échange pour les étudiants de l’ESC, cette paisible ville était à l’époque le terrain de jeu d’un gars tout aussi GRP : Pablo Emilio Escobar Gaviria, comme il aimait se présenter. Drogue, corruption, sang et villas de rêve, voici le cadre de cette série, dont la 2e saison va débuter très prochainement.

 

Pour ceux qui n’auraient pas encore vu la saison 1, voici le topo : à l’inverse de ce qu’on pourrait croire, on ne parle pas que d’Escobar. Il est également question de Steve Murphy, agent de la DEA (Agence Américaine de lutte contre la drogue), envoyé en Colombie pour traquer Escobar et défendre les intérêts de la Maison Blanche.
La saison 1, déclinée en 10 épisodes d’environ 45mn, est bien menée, et malgré quelques petites erreurs soulignées par le fils de Pablo lui-même (oui Monsieur, on ne se refuse rien), elle reflète bien l’ambiance qui régnait en Colombie à la fin des années 70 : un pays à la limite de la guerre civile, berceau d’un trafic de drogue de plus en plus prospère et violent, dirigé par des politiciens souvent dépassés et corrompus. Si l’on ajoute à cela un gars qui n’a aucune limite, entouré de collègues/concurrents tous plus cinglés les uns que les autres, des forces de police qui doivent d’abord se méfier des ripous avant d’essayer de faire la loi, et vous aurez une série qui se regarde bien. Pas la perle de l’année, mais on se prend vite à l’histoire, et le scénario est bien mené. Petite mention à Wagner Moura, excellent dans le rôle d’Escobar, tout en insolence, ambition et violence.

 

Ne manquez rien de nos actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial