Réalisé par David Lean (Le Docteur Jivago, Le Pont sur la rivière Kwai) et sorti en 1962, ce film rafla 7 Oscars dont celui du meilleur film, du meilleur réalisateur et de la meilleure partition originale.

 

Casting principal

  • Peter O’Toole (Troie, Le Dernier Empereur)
  • Omar Sharif (Le Docteur Jivago)
  • Alec Guinness (Star Wars IV : Un Nouvel Espoir, Le Pont de la rivière Kwaï)

 

Synopsis

Au milieu de la Première Guerre Mondiale, au Moyen-Orient, une région pourtant éloignée des conflits européens, une révolte arabe contre l’Empire Ottoman intrigue les anglais qui y dépêchent un jeune officier pour les surveiller. Très vite, ce dernier va s’accoutumer aux rebelles et s’impliquer dans leur cause pour les aider à accomplir leurs rêves indépendantistes.

 

Analyse

Lawrence, un officier bien éduqué, intrépide, indomptable et voulant constamment défier l’autorité de ses supérieurs et les mises en garde de ses proches, part rejoindre les insurgés arabes, et devient rapidement l’unique intermédiaire entre deux mondes qui s’opposent.

 

Ce choc culturel se retrouve dans plusieurs ambivalences : l’ambiance pesante et renfermée des salons anglais au Caire face à la grandeur des plaines désertiques de la Péninsule arabique, la hiérarchie accablante anglaise face à la liberté des tribus arabes, la technologie militaire occidentale face aux combattants arabes à dos de cheval et de dromadaire.

 

Les plans sur les caravanes de dromadaires s’avançant dans un désert hostile et interminable semblent symboliser le processus d’adaptation de Lawrence dans un monde étranger aux occidentaux, s’avançant toujours plus vers l’inconnu sans rebrousser chemin. Virgile disait « La fortune sourit aux audacieux ». Sa volonté de défier les augures est assumée dans sa réplique profonde « Rien n’est écrit ».

 

La bande originale (signée par Maurice Jarre) est majestueuse, entre marches militaires et fantasme orientaliste cultivé par les occidentaux depuis le XIXème siècle, orientalisme musical qui est cependant moins caricatural que dans les péplums des années 50 (Cléopâtre).

 

Le jeu d’acteur est digne d’un tel casting. Peter O’Toole triomphe et se fond dans les moments glorieux comme sombres de son personnage. Plusieurs seconds rôles attachants ne s’effacent cependant pas derrière le personnage imposant de Lawrence. Omar Sharif se révèle (il s’illustrera dans le rôle du Docteur Jivago dans le film éponyme) et Alec Guinness, avant d’interpréter Obi-Wan Kenobi quelques années plus tard dans Star Wars IV, aura d’abord revêtu le rôle de chef rebelle arabe contre les forces du mal qu’est l’Empire Ottoman (un rôle plutôt prémonitoire !).

 

Il est difficile de trouver des points négatifs pour un film aussi riche et vivant, mais on pourrait reprocher la durée du film (3 heures 40) qui semble peu adapté pour un spectateur actuel, un tel format étant beaucoup plus rare de nos jours.

 

En bref

David Lean signe un film culte qui n’a pas tant vieilli, avec des acteurs de talent, une histoire prenante, le tout avec des prises de vues époustouflantes et une bande originale épique.

 

Danny Barbot

 

PS : Ce film est disponible en intégralité sur Netflix ! 😉

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *